Le 14 juin 2018, le MEDEF-NC a été auditionné par la Commission Plénière du Congrès afin de présenter ses analyses s'agissant des mesures d'urgences à mettre en oeuvre pour le RUAMM telles que proposées dans un rapport du gouvernement remis au congrès.

le MEDEF-NC a rappelé :

  • l'importance d'agir sur la réduction des dépenses de santé, notamment par un meilleur pilotage des hopitaux publics et par une juste répartition entre ce qui doit relever des Provinces pour l'aide médicale et du RUAMM pour les assujettis au régime.
  • Qu'il ne fallait surtout pas augmenter à nouveau les cotisations sociales qui pèsent sur les entreprises et leurs salariés : en effet, non seulement, la contibution des entreprises a depuis longtemps atteint son maximum, mais de surcroit la situation économique du moment, très difficile, ne le permet pas.
  • S'il est nécessaire de dégager des recettes supplémentaires, c'est la fiscalité qui a notre préférence et en particulier les impots à assiettes larges comme la Contribution Calédonienne de Solidarité, ou encore la TSS (puis à son remplacement : la TGC). Le MEDEF-NC a ainsi rappelé que la TSS voit son rendement fléché exclusivement vers la protection sociale. Lorsque la TSS disparaitra et sera remplacée par la TGC, deux/cinquième de la TGC seront affectés à la protection sociale (20 milliards sur 51 milliards). On peut donc déjà très fortement exprimer l'existence d'une TGC sociale à l'interieur de la TGC. Probablement, est-il utile de le rappeler. Si la TGC devait donc être légèrement augmentée à des fins de trouver des recettes supplementaires pour le RUAMM, il conviendrait que cela soit clairement exprimé afin d'éviter, en cas d'inflation liée à cet effet, des amalgames.

 

MEDEF NC

Catherine Wehbé
Directrice