Les suites de l'appel à mobilisation du 21/03/2024 d'Agissons Solidaires devant le Congrès

 

Communiqué du 27/03/2024 11h50 "Le Collectif informe la population de la levée du mouvement"


Courrier adressé au président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, ce jour à 11h30 : 

« Monsieur le président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, 

Vous nous avez informés hier par la voie d’un courrier de votre volonté de retirer le texte relatif à la TET. Cette volonté a été officialisée aujourd’hui par les membres du gouvernement, en réunion de collégialité. Les membres du Collectif prennent acte de cette décision, qui engage l’ensemble des forces politiques, et s’en félicitent. De ce fait, nous vous informons de la levée du mouvement qui fait à l’instant l’objet d’une communication média.

Nous tenons néanmoins à rappeler la vigilance qui demeure la notre quant à la situation économique de la Nouvelle-Calédonie. Comme votre courrier du 25 mars y fait référence, les membres du Collectif attendent d'être des acteurs des réflexions à venir tant en termes de relance économique, de plan d'économie, que de concertation quant à d'autres projets de taxe ou quant à la réforme du RUAMM, laquelle sollicite plus que jamais de veiller à la soutenabilité des efforts qui devront être consentis par chacun.

Nous espérons, Monsieur le président, que la parole qui a été la vôtre dimanche et que vous avez bien voulu traduire dans un courrier transmis au Collectif lundi 25 mars, sera respectée et qu’elle pourra s’inscrire dans un calendrier, permettant d’entamer ce travail sous meilleur délai. Calendrier que vous voudrez bien nous communiquer au plus tôt. Il est essentiel aujourd’hui pour vous comme pour  nous de replacer dans un cadre de sérénité et de concertation l’ensemble de ces sujets qui concernent toute la population calédonienne. 

Veuillez agréer, Monsieur le président, nos plus sincères salutations". 

 

Communiqué du 27/03/2024 6h15 Abandon de la TET : dans l'attente d'une confirmation définitive

Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, par l'entremise d'un courrier de son président, a informé hier mardi, vers 17h, le collectif Agissons Solidaires de sa volonté de retirer le texte relatif à la TET.

Le Collectif a pris acte de ce courrier et attend que la position du gouvernement, qui devra être également confirmée par le Congrès, s'inscrive dans un cadre légal et juridique nous permettant de 
transmettre toutes les garanties attendues par les Calédoniens. 

Si ces conditions sont rassemblées, le collectif informe que cet abandon de la TET, si confirmé, permettrait la levée du mouvement de contestation entamé jeudi 21 mars ; et ce en plein accord avec 
le Syndicat des Rouleurs et du BTP, l'association Citoyenne et le collectif des sous-traitants du Nord, parties prenantes de ce mouvement. 

Pour autant, le collectif Agissons Solidaires rappelle la vigilance qui demeure la sienne quant à la situation économique de la Nouvelle-Calédonie. Comme le courrier du 25 mars du président du gouvernement y fait référence, les membres du Collectif attendent d'être des acteurs des réflexions à venir tant en termes de relance économique, de plan d'économie, que de concertation quant à d'autres projets de taxes ou quant à la réforme du RUAMM, laquelle nécessite plus que jamais de veiller à la soutenabilité des efforts qui devront être consentis par chacun.

A cette heure, nous informons qu'en attente de la confirmation à laquelle nous faisons référence plus haut, le Collectif maintient son dispositif tel quel, sans le durcir, contrairement à ce qui avait été 
annoncé dans un communiqué de presse précédent. Les accès aux dépôts de carburant demeurent donc contraints et les opérations de ralentissement mises en place en Brousse demeurent donc actifs, sans autres dispositions.

Nous espérons que tout concourra ce jour à lever les dispositifs en place, au grand soulagement de tous. Cela repose toutefois sur une double assurance préalable : que le gouvernement comme le Congrès valident publiquement l'abandon de la TET.

 

Communiqué du 26/03/2024 "Tous sur les ronds-points !"

 

Communiqué du 25/03/2024 "Un moratoire fiscal et social dans l’attente d’une relance économique, sinon rien !"

Si les annonces du président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie effectuées ce matin lors de la conférence de presse illustrent une écoute et une prise en considération des difficultés économiques du territoire, elles sont néanmoins insuffisantes et ne nous permettent pas à cette heure de considérer possible une levée des blocages et une fin de la  mobilisation. 

Le Collectif rappelle en effet que sa principale revendication demeure la suspension de tout projet de texte et de toute mesure visant à mettre en place ou augmenter les charges sociales et fiscales des entreprises ou à dégrader le pouvoir d’achat des Calédoniens, en d’autres termes, un moratoire fiscal et social.

Or, Monsieur Mapou a indiqué ce matin lors de sa conférence de presse, et nous l’a confirmé par voie de courrier, réceptionné ce jour à 15h, que la TET ferait l’objet d’un simple report jusqu’à à la fin du premier semestre 2024. Il s’agit là pour le Collectif d’un point de désaccord majeur par rapport aux échanges qui ont eu lieu hier. Nous venons à l’instant d’envoyer une réponse au gouvernement lui demandant de donner une suite favorable à cet impératif que constitue l’adoption d’un moratoire fiscal et social tant que les Calédoniens n’auront pas de perspectives « sur un accord global prévoyant des mesures d’accompagnement économiques et sociales dans le cadre d’un nouveau statut » pour reprendre les termes du courrier du président Louis Mapou adressé au Collectif. 

Dans l’attente de cette réponse, le collectif se voit contraint de maintenir les blocages en cours et d’envisager des dispositifs encore plus importants qui feront appel à tous les calédoniens qui manifestent déjà chaque jour leur soutien à ce mouvement. 

 

Communiqué du 24/03/2024 "Des rencontres encourageantes"

Deux rencontres importantes ont émaillé ce week-end :

- Samedi, des membres du collectif ont été reçus par le Haut-Commissaire de la République, Louis Le Franc. À l'issue de cette rencontre, le collectif a adressé au Haussariat un courrier qui a été transmis au président du gouvernement, Louis Mapou. Ce courrier, tout en rappelant les demandes du collectif, sollicitait un rendez-vous sous meilleur délai. Ce rendez-vous a été accepté dans la soirée.

- Ce dimanche, des membres du collectif ont donc été reçus par Louis Mapou, lequel était accompagné par trois membres du gouvernement. À l'issue de cet échange, le président du gouvernement s'est engagé à s'exprimer en début de semaine, via une conférence de presse. 

Nous espérons que les annonces et les termes de cette communication reflèteront les échanges positifs de ce jour et permettront d'envisager une issue favorable au mouvement en cours.

D'ici là, et comme il a été admis par toutes les parties prenantes, le collectif maintient le blocage des accès aux dépôts de carburant. Aucun durcissement n'est donc envisagé et la circulation ne sera donc pas contrariée. Nous demandons à toute la population de faire preuve de patience. 

Nous savons combien cette situation handicape chacun d'entre vous mais nous continuons à croire que ce combat nous concerne tous. Merci à tous pour votre soutien.

 

Communiqué du 22/03/2024 "Silence radio..."

Près de 48h se sont écoulées depuis l'entame de ce mouvement et nous restons sans la moindre réponse des institutions auxquelles nous nous sommes adressées. 

Comment devons-nous dire l'impasse absolue dans laquelle toute l'économie calédonienne se trouve ? Comme devons-nous dire que ce n'est pas en multipliant les taxes qui viennent frapper directement les porte-monnaie des Calédoniens que nous sauverons notre économie. 

Depuis le début de l'année, des milliers d'emplois ont déjà été sacrifiés, à ce rythme des milliers d'autres vont suivre et l'horloge continue à tourner. Face à ce verdict terrifiant, une seule réponse : des nouvelles taxes !

Et oui, pour ceux qui nous interrogent à ce propos, nous ne sommes pas opposés au pacte nickel. Mais pourquoi n'y sommes-nous pas opposés ? Parce qu'il s'agit là d'un pacte concerté qui contient des éléments de relance, des éléments de réduction des coûts et des efforts. 

Et c'est bien cela dont il est question avec notre mouvement, à savoir la demande d'être associés à une concertation portant sur toute l'économie calédonienne, tant en termes de relance, de réduction des dépenses que, sans doute, d'inévitables efforts. Mais en aucun cas, nous ne pouvons continuer à accepter une politique qui se contente aujourd'hui de taxer, de taxer encore plus, de taxer toujours plus. 

Que disent les gens que nous interrogeons et que vous pouvez vous aussi regarder ou écouter sur tous les réseaux, notamment le nôtre ? Ils disent ceci : "nous voulons un avenir", "nous ne bougerons pas", "nous ne pouvons plus payer", "un mur se dresse devant nous", “le temps presse", et comme nous, ils s'interrogent, "où sont nos dirigeants et que font-ils pour nous ?"

Face à ce terrible constat, nous n'avons d'autre choix pour nous faire entendre que de durcir notre mouvement à compter de lundi, tout en ayant pleinement conscience des sacrifices que cela va supposer pour l'ensemble des Calédoniens et de la responsabilité qui nous échoit. 

Que personne ne s'y trompe, notre combat est économique et s'il s'agit de faire des sacrifices durant quelques jours ou quelques semaines, nous devons accepter de les faire car ce que nous avons à  gagner est bien plus grand que ce que nous pouvons tous perdre en acceptant de se soumettre à une politique aberrante, dangereuse et suicidaire. 

 

Communiqué du 21/03/2024 "12 milliards de taxe : "des broutilles"!

 

Communiqué du 20/03/2024 "Appel à la mobilisation jeudi 21 mars, dès 7h devant le Congrès de la Nouvelle-Calédonie"

 

La Séance au Congrès du 21/03/2024 - TET et Pacte Nickel

C'est dans un contexte électrique que la séance du congrès s'est tenue ce matin. Les élus des groupes Loyalistes et Rassemblement ont quitté l'hémicycle dès le début des travaux. Les élus ont ensuite poursuivi la séance et adopté la motion préjudicielle déposé par l'UNI pour renvoyer le projet de délibération fixant le taux de la TET, sur les carburants et la création du Fonds pour l'équilibre du système électrique en discussion en Commission. Est venu ensuite la présentation du pacte nickel par le gouvernement aux élus du Congrès. 

 

DANS LES MEDIAS : 

A la une de l'actualité, l'annonce de la levée des blocages des dépôts de carburant par le collectif Agissons Solidaires.

Agissons Solidaires annonce la levée des blocages. Le collectif met fin au conflit, c'est ce qu'a annoncé Jean Christophe Niautou, l'un de ses représentants sur notre antenne dans le journal de 11h30. Le collectif considère que le vote à l'unanimité des membres du Gouvernement de ce matin sur le retrait de la TET au Congrès est une bonne chose. Dans un communiqué, Agissons Solidaires se dit tout de même vigilant quant à la situation économique.

Le Collectif informe la population de la levée du mouvement Agissons Solidaires met fin au conflit vient d'annoncer Jean Christophe Niautou, l'un des porte-paroles du collectif. Le collectif considère que le vote à l'unanimité des membres du Gouvernement du retrait de la TET est une bonne chose. Jean Christophe Niautou, porte parole d'Agissons Solidaires en direct sur RRB :

 

Agissons Solidaires lève les blocages ! | Radio Rythme Bleu (rrb.nc)

 

A la suite de l’annonce faite par le président du gouvernement de solliciter du Congrès le retrait du texte instaurant la fameuse taxe carburant, le collectif Agissons Solidaires, en "plein accord avec le Syndicat des Rouleurs et du BTP, l’association Citoyenne et le collectif des sous-traitants du Nord", estime que cette évolution "permettrait la levée du mouvement de contestation entamé jeudi 21 mars".

Le collectif et ses partenaires attend toutefois que cette position soit confirmée par le Congrès “et s’inscrive dans un cadre légal et juridique".

Les membres du collectif Agissons Solidaires entendent cependant être "des acteurs des réflexions à venir tant en terme de relance économique, de plan d’économie que de concertation quant à d’autres projets de taxes ou quant à la réforme du Ruamm"

Dans l’attente, les blocages sont maintenus, mais le mouvement ne sera pas durci. Avant d’être levés, il faudra au préalable que "le gouvernement comme le Congrès valident publiquement l’abandon de la TET".

C’est un véritable coup de théâtre qui s’est produit hier soir. Alors que chacun, et notamment Agissons Solidaires et le syndicat des rouleurs du BTP n’avaient en retour de leur demande que les éléments de la conférence de presse de Louis Mapou de lundi matin, et donc le simple report au mois de juin du texte instituant une taxe supplémentaire sur le carburant, le président du gouvernement est revenu sur sa position, indiquant un mauvaise compréhension des discussions de dimanche.

 

​​​​​​

  • Caledonia TV JT du 26/03/2024

 

 

  • Océane FM 26/03/2024

 

 

 

 

Jean-François Bodin reçoit Stéphane Yoteau, vice-président de la CCI, et membre du collectif Agissons solidaires. Le Syndicat des rouleurs et du BTP, l’Association Citoyenne, et Agissons Solidaires, maintiennent leur mouvement mais ils n’entendent pas le durcir. Le collectif a eu en effet ce week-end deux rencontres qu’il qualifie « d’encourageantes ».

  • La Voix du Caillou du 25/03/2024

Solidaires du SRBTP, nous attendons impatiemment les annonces du gouvernement demain lundi 25/03…

 

  • Radio La 1ère Journal du 22/03/2024 de 6h

 

 

Depuis hier, les dépôts de carburants Shell à l’entrée de Ducos et Mobil à Numbo sont bloqués par des camions du syndicat des rouleurs et du BTP, membre du collectif Agissons Solidaire. Certes, la Taxe sur le carburant pour sauver le système électrique Calédonien a été renvoyée en commission, mais ce n’est pas suffisant selon Agissons Solidaires, qui envisage de poursuivre le blocage des dépôts, voire de durcir les actions de terrain dans l’attente d’engagements fermes écrits du Gouvernement et du Congrès de retirer ce texte et de geler toute nouvelle disposition fiscale venant impacter le pouvoir d’achat des Calédoniens.

Au 2eme jour de blocage du dépôt de carburant : Le haut-commissaire qui invite les automobilistes à se rendre dans les stations-service que lorsque cela est strictement nécessaire. Par arrêté, Louis Le franc réquisitionnera 15 stations-service à compter de 09h afin de garantir la continuité du service public. Une mesure pour assurer le fonctionnement régulier des services-prioritaires de sécurité et de secours sur l’ensemble du territoire. Les personnels prioritaires devront présenter une carte professionnelle.

 

Une séance du Congrès qui s’est déroulé alors que le collectif Agissons solidaire, l'association un cœur une voix, l'association citoyenne de Nouvelle Calédonie et le syndicat des rouleurs et du BTP avaient appelé à manifester devant le congrès. Tous réclament une pause dans les réformes fiscales. Les rouleurs du BTP qui bloquent les dépôts pétroliers de Shell à l’entrée de Ducos et de Mobil à Numbo.

Taxe carburant : société civile et élus sous tension ; La zone VKP en péril

 

 

Les rouleurs BTP sont mobilisés depuis ce matin pour protester contre la taxe sur les carburants. Ils bloquent également les dépôts pétroliers de Shell à l’entrée de Ducos et de Mobil à Numbo. Entre 50 et 60 camions sont positionnés devant le Congrès et sur différents ronds-points de Ducos et à Koné.

MEDEF NC