L’IRL : Indice de révision des loyers, sert à la révision des loyers à usage d’habitation.
A compter du 1er octobre 2012, pour les baux conclus ou renouvelés après le 1er janvier 2007, les loyers des locaux à usage d'habitation peuvent être revalorisés suivant l'indice de l'IRL dans la limite de 2% par an. (Délibération n° 152 du 28 09 2011 relative à la révision du prix des loyers). L'IRL définitif du mois N, ainsi que sa variation, ne sont publiés par l'ISEE que vers le 15 du mois N+2.
Des éléments complémentaires sont disponibles sur le site : www.insee.nc

  Août 2018
Indice du mois 122,77
Variation par rapport au mois précédent 0,1%
Variation sur les 12 derniers mois 0,9%
Variation depuis le début de l'année 0,5%

Indice provisoire de révision des loyers

Commentaire de l'expert

Le législateur a instauré dès décembre 2006 un dispositif réglementaire visant à stabiliser les loyers d’habitation (délibération n° 222 du 6 décembre 2006) en créant un indice de revalorisation du loyer (IRL) basé sur l’indice des prix hors tabac hors loyer (IPC htl) et l’index BT21 (pondération à 50% pour chacun d’eux). Car précédemment la revalorisation des loyers basée sur le seul index BT21 (indice « généraliste » pour le BTP) faisait porter une volatilité excessive sur les loyers dépendant d’un indicateur largement influencé par la variation des matières premières.
A noter que pour freiner la hausse des loyers des locaux à usage d’habitation, une nouvelle réglementation fut adoptée (délibération n°152 du 28 septembre 2011) afin de bloquer ces hausses à 2% maximum, laquelle reste en vigueur concernant les loyers d’habitation (par conséquent les baux commerciaux n’y sont pas soumis).
L’adoption en avril 2013 d’un protocole de fin de conflit « vie chère » a montré toutes les tensions que véhicule le sujet des prix pratiqués en Nouvelle-Calédonie, en s’intéressant particulièrement aux prix alimentaires alors que le logement reste un des postes de consommation les plus importants pour les ménages calédoniens (près de 20%) avec les transports (voiture, essence).
 

Éric Dinahet
Chargé de l'économie et de la fiscalité