Comment ça marche ?

Retrouvez dans ce Dossier, les podcasts, déclarations officielles du MEDEF Nouvelle-Calédonie et citations médiatiques, au 3ème trimestre 2022

 

Pour l'historique consultez ces dossiers :

Le MEDEF-NC dans les media au 2nd trimestre 2022
Le MEDEF-NC dans les media au 1er trimestre 2022
Le MEDEF Nouvelle-Calédonie dans les media au 2nd semestre 2021
Le MEDEF Nouvelle-Calédonie dans les media au 1er semestre 2021

Entretien avec le député Nicolas Metzdorf sur l'avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie

Le 11/08/2022 au MEDEF-NC

Nicolas Metzdorf :

"Avec Mimsy Daly, présidente du MEDEF. Si nous devons trouver une solution concernant l'avenir institutionnel, le prochain accord ne pourra pas s'épargner d'une réflexion sur le modèle économique Calédonien. Je salue en ce sens les multiples initiatives du MEDEF afin d'enrichir le sujet. Les politiques ne peuvent pas tout seuls. Il faut également s'appuyer sur les forces vives et je suis heureux de dire que la patronne des patrons en fait partie".

Mimsy DALY :

"Une vision nouvelle du développement économique et une envie partagée de mettre en œuvre les réformes structurelles dont l’économie calédonienne a besoin. Oui, nous serons plus forts ensemble face aux défis économiques que la Nouvelle-Caledonie doit relever!".

 

Le déficit migratoire influe sur l'économie calédonienne -

NC la 1ère (05/08/2022)

L'Institut de la statistique et des études économiques a comptabilisé 18 000 départs de Nouvelle-Calédonie, en 8 ans. Chaque année plus nombreux, ils entraînent des conséquences de toutes sortes. Investissements, consommation, cotisations... Notre dossier. Bernard Lassauce.

Des milliards de francs perdus

Le président de la CCI alerte des conséquences lourdes pour l’économie. David Guyenne : 

La Nouvelle-Calédonie vit un moment grave, il faut en être conscient. 18 000 personnes c’est entre 30 et 40 milliards de consommation et d’investissements des ménages perdus chaque année. C’est entre 15 et 25 milliards de cotisations qui ne rentrent pas dans le système de santé et on sait à quel point, le système de santé en Calédonie vit des moments difficiles. 

C'est sur le marché de l'emploi que cette émigration massive a été remarquée. Dans le domaine de la santé, l'hémorragie a particulièrement été ressentie, mettant notre système de soins dans une situation préoccupante. Bruno Calendreau, président de l'Ordre des médecins

Préoccupant, pour ne pas dire presque catastrophique. Il y a des services qui sont en grande difficulté en particulier au CHT, au CHS aussi, parce qu’on manque de médecin

Le marché de l'emploi à la peine

Mais cette pénurie de travailleurs se fait ressentir dans presque tous les secteurs de l'emploi : informatique, maintenance, finances, comptabilité. Notamment dans les catégories socio-professionnelles supérieures. 

Alexandre Lafleur, président de la commission Protection sociale du MEDEF-NC, Président du groupe Cipac

Les départ de Nouvelle-Calédonie touchent principalement des gens qui sont installés depuis longtemps. Cela concerne un peu plus les postes avec responsabilités. Plus en tout cas qu’avant.

De quoi déstabiliser toutes ces entreprises qui éprouvent des difficultés à embaucher. 

Danièle Brault-Delahaie, Directrice de Aboro, société d'intérim. Membre du Comité Excéutif du MEDEF-NC.

 

 

La Présidente du MEDEF Nouvelle-Calédonie invitée de Radio Océane FM ce vendredi 5 août 2022

Océane FM - Mimsy DALY, invité du jour

 

 

Inter-patronale et gouvernement : Reprise du dialogue ?

On veut decider dabord on discute ensuite une nouvelle facon de gouverner?

ACTU.NC 04/05/2022

(...) La gouvernance des temps actuels au plus haut sommet de la Nouvelle Calédonie est marquée par une distance accrue entre les décideurs et les acteurs économiques, la population et … les contribuables. (...) - Lire la suite -

Reprise des discussions avec les élus sur la réforme fiscale et sauvetage du RUAMM

Communiqué de presse de l'Interpatronale du 28/07/2022

220728cp-interpatronale.pdf (medef.nc)

COMMUNIQUE DE L’INTER-PATRONALE - Nouméa, le 28 Juillet 2022


Faisant suite à une réunion d’échange avec l’Eveil Océanien, au sujet du grand chantier que constitue le sauvetage du RUAMM, l’Inter-patronale se félicite d’une avancée significative dans la compréhension mutuelle des enjeux. 

Notamment, la nécessité, en matière fiscale et dans le contexte économique actuel, d’accorder un temps à la concertation et à la réalisation de mesures d’impacts.

En parallèle, l’ouverture au dialogue et à l’étude de propositions alternatives, constitue, à notre sens, une base solide pour poursuivre les discussions qui doivent amener au sauvetage du RUAMM lequel reste notre priorité commune, en toute responsabilité. 

En conséquence l’Inter-patronale reprendra sine die, en collaboration avec le Gouvernement, les partenaires sociaux et les groupes politiques du Congrès, les travaux communs au sein du Comité de Suivi de la Réforme Fiscale et dans l’ensemble des instances consultatives.

 

Dans les media :

 

ACTU.NC 03/08/2022 Reprise du dialogue ?

L’interpatronale et l’Éveil Océanien ont eu quelques soucis de communication. Le parti wallisien et futunien a en effet déposé un projet de texte visant à régler les difficultés du RUAMM. A l’évidence les  propositions formulées par l’Éveil non seulement n’ont pas eu l’aval des chefs d’entreprise, mais ces derniers ont surtout contesté la méthode. Ce qui les a conduits à claquer la porte du comité de suivi de la réforme fiscale. Au terme de rencontres et de discussions, un accord a finalement été trouvé et les patrons ont réintégré le comité. L’Éveil océanien a été contraint d’accepter de ne pas déposer son texte immédiatement comme il en avait l’intention, et d’engager des discussions avec les patrons. Si tout va bien, c’est-à-dire si un accord est trouvé, ça n’est qu’en octobre que l’on devrait reparler de la proposition de l’Éveil Océanien. Mais cela confirme juste que rien ne peut se faire sans concertation, ce que certains ont parfois du mal à admettre.

Calédonia TV 03/08/2022

Cédric FAIVRE, Délégué général du MEDEF Nouvelle-Calédonie commente le rapport de la cours des comptes sur la CAFAT et le financement de notre système de santé.

 

LNC 04/08/2022

La 1ère du 31/07/2022

La réflexion sur le déficit du Ruamm n'est pas un long fleuve tranquille

LNC du 30/07/2022 :

Reprise du dialogue entre l’Interpatronale et l’Éveil océanien sur le projet de réforme de la protection sociale

TV NC La 1ère 29/07/2022

Le dépôt au Congrès de proposition de réformes concernant le Ruamm a causé, début juillet, une levée de bouclier de la part des organisations patronales. Une réunion avec les élus de l'Eveil océanien, auteurs des textes, semble avoir relancé le dialogue. Pas simple de trouver les quelque 32,3 milliards que représente la dette cumulée du régime.

 

Radio NC La 1ère 29/07/2022

 

RRB 29/07/2022

 

L’inter-patronale retourne à la table des discussions. Les organisations patronales avaient quitté le comité de suivi de la réforme fiscale et l’ensemble des instances consultatives pour protester contre la proposition de loi de l’éveil océanien visant à sauver le RUAMM. Les chefs d’entreprises avaient dénoncé le manque de concertation et l’impréparation du texte. On rappelle que la proposition de loi avait reçu un avis défavorable du CESE. Après discussion avec Milakulo Tukumuli, l’inter-patronale est rassurée. Le texte sera donc modifié et les discussions se poursuivront avec les partenaires sociaux jusqu’à mi-octobre. Mimsy DALY au micro de RRB.

 

LNC du 29/07/2022

Santé : l'Interpatronale et l'Éveil océanien se parlent | LNC.nc | Les Nouvelles Calédoniennes, le Journal de Nouvelle Calédonie

A quoi sert l'autorité de la concurrence en Nouvelle-Calédonie ?

RRB 27/07/2022

L'autorité de la concurrence de la Nouvelle Calédonie réunissait aujourd'hui un colloque destiné principalement aux chefs d'entreprise

Bilan et perspectives de l'autorité, sens de ses différentes missions… Autant de questions qui ont fait l'objet d'échanges entre les entrepreneurs et les représentants de l'autorité.

Le Medef a regretté l'absence du gouvernement de la Nouvelle Calédonie, pourtant partie prenante de ces débats selon le mouvement.

 

 

CITOYEN : MARDI 26/07/22 | Radio Rythme Bleu (rrb.nc)

 

La présidente du MEDEF-NC explique la position de l'Inter-patronale vis à vis de la réforme fiscale et ses travaux avec les élus

RRB Mimsy DALY, invitée du matin 12/07/22

Jean-François Bodin reçoit Mimsy Daly, la présidente du Medef.

La proposition de loi du pays sur la réforme de la protection sociale, déposée sur le bureau du Congrès par l’Eveil Océanien, fait beaucoup réagir.
Elle a déjà provoqué la colère de l’Inter-patronale qui dénonce tout à la fois un manque de concertation sur le sujet et une mesure inadaptée, selon elle, à la situation économique.

Dans la foulée, l’inter-patronale a annoncé son retrait du comité de suivi de la réforme fiscale.
Nous sommes revenus sur ce bras de fer en compagnie de la présidente du Medef, Mimsy Daly.

 

 

La Présidente du MEDEF-NC explique l'opposition de l'Inter-patronale à la proposition de loi du pays de réforme du RUAMM déposée par l'Eveil Océanien

Radio Djiido 08/07/2022 - Mimsy DALY invitée de l'émission du jour pour commenter l'actualité

Extrait où la Présidente du MEDEF-NC revient sur la conférence de presse avec l'Inter-patronale et les chambres consulaires pour informer de leur opposition à la proposition de loi du pays sur le financement du RUAMM :

 

Les réactions suivant la conférence de presse Inter-patronale et Inter-consulaire sur la proposition de texte de l'Eveil Océanien de réforme du RUAMM :

La séance a été mouvementée hier, jeudi, au Conseil du dialogue social (CDS). Ses membres ont examiné le projet de réforme du Ruamm et les organisations syndicales de salariés se sont retirées de la séance. Ils estiment que le travail de consultation doit se poursuivre et que le texte doit encore être amendé. Pour ce faire, ils veulent bénéficier d'un mois supplémentaire. Dans ce contexte, le CDS n’a formulé aucun avis sur ce projet de réforme.

 

Renverser la table, en économie, peut également consister à faire fi de l’histoire, de l’analyse et de la concertation. C’est ce qui menace, par exemple, l’emploi dans un secteur que la Nouvelle Calédonie essaye désespérément de développer depuis près de 35 ans : le tourisme en Brousse et aux Iles. 

Le coût du travail, sur le territoire, est probablement le plus élevé de la région Pacifique. Or, un secteur comme le tourisme est une activité largement internationale, et donc concurrencée par les autres destinations. Les établissements touristiques de l’intérieur comme des Iles compris.

- Lire la suite -

[GROS PLAN] Le Ruamm entraîne les hôpitaux dans sa chute | LNC.nc | Les Nouvelles Calédoniennes, le Journal de Nouvelle Calédonie

 

  • ACTU-NC 14/07/2022 Le monde patronal tire la sonnette d'alarme

  • Demain en Nouvelle-Calédonie 14/07/2022 : Réforme fiscale : les patrons ne digèrent
    pas la proposition de l'Éveil océanien

 

 

L'interpatronale a dénoncé le texte déposé au Congrès par l'Éveil océanien destiné à renflouer les comptes du Ruamm et a quitté les négociations. Milakulo Tukumuli s'explique.

EXTRAIT : Sur le Caillou, la réforme fiscale fait beaucoup parler d'elle, que faudrait-il faire à votre sens ?

Il est urgent d'arrêter de matraquer fiscalement les Calédoniens. Le matraquage fiscal n'a jamais rien donné de bon. Ce que fait le gouvernement de Louis Mapou est contre-productif parce qu'au bout de la chaîne, ça décourage l'initiative des chefs d'entreprise et ça réduit le pouvoir d'achat des ménages les plus précaires. Et, plus grave, ça fait fuir ceux qui justement payent des impôts !

Je suis sincèrement convaincue que c'est par le travail et par la création de richesse que l'on rééquilibrera les comptes de la Nouvelle-Calédonie. Il n'y a pas et il n'y a jamais eu d'argent magique. Pour que les comptes publics s'équilibrent, il faut générer de la richesse sur le territoire, créer des emplois et alimenter une dynamique économique positive.

Et puis il est urgent que le gouvernement nous propose un vrai plan d'économie de dépenses.

Louis Mapou s'est d'abord exprimé sur le retrait de l’inter-patronale du comité de suivi de la réforme fiscale, mis en place par le gouvernement en début d’année. C'est en réaction au projet de réforme de la protection sociale déposé par l’Éveil océanien au Congrès, qui doit servir à financer le Ruamm. "Je regrette que ce débat vienne sur la place publique, déplore-t-il. Depuis que nous sommes arrivés, nous avons essayé d’instaurer un climat de discussion avec tous les partenaires sociaux et je crois que nous y sommes parvenus (…) Je leur demande de ne pas quitter la table et de revenir aux discussions, car nous avons des réformes à mener tous ensemble."

l'Inter patronale s'oppose à une proposition de réforme de la protection sociale

Calédonia : JT DU 07-07-2022 - YouTube

 

L’interpatronale et les chambres consulaires quittent le Comité de suivi de la réforme fiscale.

ACTU EN BREF DE CE VENDREDI 8 JUILLET 2022 | noumeaPost

"Ils contestent la proposition de l’Eveil Océanien aboutissant à un prélèvement supplémentaire de 17 milliards dans la poche des employeurs et des salariés".

L'Interpatronale s'oppose à un projet de réforme de la protection sociale

| LNC.nc 08/07/2022 |

L'Interpatronale et les chambres consulaires de Nouvelle-Calédonie ont décidé, jeudi, d'interrompre leur participation au comité de suivi de la réforme fiscale. Elles réclament le retrait, ou le rejet, d'un projet de loi porté par l'Éveil océanien au Congrès.

Un projet "irresponsable qui risque de mettre à mal le système économique". Le cri d'alarme est lancé, repris par tous les membres de l'Intersyndicale. En cause : les propositions de réforme de la protection sociale déposées au Congrès, le 2 juin, par l'Éveil océanien. "Nous avons pris connaissance de ces textes au détour d'une saisine du Conseil économique, social et environnemental, à laquelle nous avons eu cinq jours pour répondre, c'est un délai intenable."

Les organisations patronales dénoncent un texte qui, "sans concertation préalable avec les partenaires sociaux, prévoit d'augmenter de 17 milliards de francs les cotisations sociales, pesant sur les bas salaires, ceux des 22 000 travailleurs indépendants et sur les retraites".

Financement du Ruamm

L'Intersyndicale avait défendu, au sein du comité de suivi de la réforme fiscale, créé en début d'année par le gouvernement, une approche inverse à celle proposée au Congrès, soit "la réduction significative des charges pesant sur le travail afin de relancer la consommation". Le projet de loi du pays, déposé au Congrès, a pour objectif d'améliorer les recettes du Régime unifié d'assurance maladie et maternité (Ruamm), dont le déficit atteint près de 50 milliards de francs (déficit structurel et dettes d'exploitation). Le projet se découpe en plusieurs mesures, remises en cause par l'Interpatronale.

Elle dénonce d'abord l'alignement des cotisations Ruamm des travailleurs indépendants sur celles des salariés, soit un passage de 7 % à 13,5 %.

"Partant du revenu mensuel moyen 2021 des artisans, établi à 243 000 francs, l'artisan moyen paierait 33 000 francs de cotisations mensuelles avec le nouveau taux, au lieu de 17 000 francs actuellement." Une autre mesure dénoncée est celle de la suppression de toutes les réductions, abattements ou exonérations de cotisations sociales. "Cela représente 10 milliards de francs, et près de 4 milliards en moins d'aides pour les secteurs de l'agriculture, des gens de maison, de l'hôtellerie, de la petite enfance, des saisonniers ou des intermittents."

Pour l'Interpatronale, le sauvetage du Ruamm passe avant tout par la réduction des dépenses de santé.

Impact sur l'emploi

Chaque secteur a, finalement, détaillé les conséquences du projet de réforme sur l'emploi, alors que l'économie subit toujours les effets de deux ans de crise sanitaire. Tous craignent une "réduction du nombre de salariés ou du volume d'heures et le développement du travail illégal". Dans le secteur de l'agriculture et de la pêche, qui emploie entre 1 500 et 2 000 personnes, "la réforme se traduirait par un surcoût annuel de 500 000 francs par salarié pour l'employeur et la moitié des exploitations agricoles deviendraient déficitaires".

En signe d'opposition, l'Interpatronale et les chambres consulaires ont décidé de suspendre l'exercice de l'ensemble de leurs mandats paritaires et d'interrompre leur participation au comité de suivi de la réforme fiscale. "Nous respectons les institutions, mais une ligne rouge a été franchie au niveau du respect des entreprises et des salariés", a conclu Mimsy Daly, présidente du Medef NC.

REPÈRES

Avis très défavorable de l'Association citoyenne

Dans un communiqué, l'Association citoyenne de Nouvelle-Calédonie répond à une demande d'observations du CESE, en émettant un avis très défavorable au sujet des textes déposés au Congrès. L'association estime que "les conséquences sur le pouvoir d'achat des Calédoniens et sur les pensions des retraités seront désastreuses avec un taux de prélèvement obligatoire pour les retraités qui passerait à 5,11 % alors qu'il sera à 3,5 % fin juillet". Elle en profite pour réitérer ses propositions pour le pouvoir d'achat avec une demande de création d'une taxe à l'extraction et à l'exportation minière et d'un impôt sur la fortune et sur la fortune immobilière.

Comité de suivi

Le comité de suivi de la réforme fiscale, créé en mars, est composé de : Gilbert Tyuienon, membre du gouvernement en charge notamment de la fiscalité, Veylma Falaeo, présidente de la commission de la réglementation économique et fiscale du Congrès, la direction des services fiscaux, l'Usoenc, la Cogetra, l'UT-CFECGC, l'USTKE, la Fédération des fonctionnaires, FO, la CSTNC, le Medef, la CPME et l'U2P.

07/07/2022 RRB : Conférence de L'Inter-patronale et des chambres consulaires de Nouvelle-Calédonie.

Les organisations patronales et les chambres consulaires se retirent du comité de suivi de la réforme fiscale et de leur mandat paritaire. Une réaction au projet de réforme de la protection sociale déposé par l’éveil océanien sur le bureau de congrès. Cette mesure qui vise à financer le RUAMM prévoit d’augmenter les charges salariales et patronales de 17 milliards de francs. Il supprime notamment les abattements sur les petits salaires qui seront les plus impacté.

 

L’Inter-patronale et les chambres consulaires dénoncent le projet de réforme de la protection sociale

LNC.nc 07/07/2022

 

Les propositions de réforme de la protection sociale ont été déposées au Congrès le 2 juin dernier, par le groupe de l’Éveil océanien. Photo Yann Mainguet

L’Interpatronale et les chambres consulaires de Nouvelle-Calédonie ont, ce jeudi matin, décidé d’interrompre leur participation au comité de suivi de la réforme fiscale, "jusqu’au retrait ou rejet du projet de loi" porté par l’Éveil océanien au Congrès.

Conférence de presse de L'Inter-patronale et des chambres consulaires

Ferme opposition à la proposition de texte de réforme de la protection sociale pour le financement du RUAMM, déposée par l’Eveil Océanien au Congrès de la Nouvelle-Calédonie. 

Au détour d'une saisine du CESE à laquelle les organisations patronales et les chambres consulaires ont dû répondre, dans un délai d’instruction intenable pour produire un avis éclairé, nous avons pris connaissance d'une proposition de texte de réforme de financement du RUAMM.

Celle-ci prévoit d'augmenter de pas moins de 17 milliards de francs les cotisations sociales pesant notamment sur les bas salaires, ceux des patentés et sur les retraites, ainsi que le déplafonnement du RUAMM et l’abrogation de la totalité des abattements de cotisations sociales existants. 

Cette proposition de texte se cumule avec les projets déjà en cours de réforme de la fiscalité (TGC, CCS, Fiscalité minière…) et n’a donné lieu à aucune concertation préalable avec les partenaires sociaux, en amont de son dépôt au Congrès. 

Elle vient percuter la démarche de concertation engagée par le gouvernement depuis quelques mois au sein du Comité de suivi de la Réforme fiscale (CSRF) auquel  les partenaires sociaux participent activement. 

Elle vient également percuter la contre-proposition faite par l’Inter-patronale, visant, au contraire, à réduire significativement les charges pesant sur le travail afin de relancer la consommation et qui fait actuellement l’objet d’une mesure d’impact. 

Aujourd’hui, nos organisations dénoncent une doctrine d’acharnement fiscal qui continue d’être la priorité d’une partie de nos élus, au détriment de toute mesure d’économies.

Dans ces conditions : 

  • Il nous est impossible de continuer nos contributions au CSRF, sans avoir une vision globale. Il est nécessaire de se donner du temps pour mailler toutes les réformes en cours de discussion et de mise en œuvre.

  • Jusqu’au retrait ou rejet de cette proposition de loi, nous interrompons notre participation au CSRF et l’exercice de l’ensemble de nos mandats paritaires.

DOSSIER DE PRESSE - Téléchargez -

Sonia Backès, nommée secrétaire d'Etat en charge de la citoyenneté au gouvernement Borne 2

(rrb.nc 05/07/2022)

La présidente de l’Assemblée de la Province Sud a été nommée secrétaire d’état chargée de la citoyenneté auprès de Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur et des Outre-mer. C'est la première fois qu'une personnalité calédonienne siège au sein du gouvernement de la République. Sonia Backès était en direct dans notre journal ce matin. Elle s’est dite honorée de la confiance qui lui est faite et elle précise qu'elle conservera son mandat local à la Province Sud. Mimsy DALY, la Présidente du MEDEF-NC a réagit à cette nouvelle : 

 

Accord Interprofessionnel pour fixer le prix de vente d'une liste de produits de consommation courante

Frédéric Pratelli Co Président Syndicat des Commerçants de Nouvelle-Calédonie signataire de l'accord s'est rendu ce matin au Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie
"Nous avons accepté de plafonner des marques plutôt que des produits, des marques qui se retrouvent au quotidien dans le panier des ménages calédoniens, logiquement on ne doit pas avancer une marque par rapport à une autre, c’était un point sensible, mais on l’a fait pour répondre aux habitudes des Calédoniens." @Laurent Vircondelet.
Cet accord a été signé ce lundi par le @SIDNC, le Syndicat des Commerçants de Nouvelle-Calédonie , la Fédération des industries de Nouvelle-Calédonie, les enseignes du groupe @SCIE Distribution et le groupe @Carrefour Kenu-In.

La commission des lois à l’écoute du monde économique

(madein.nc 30/06/2022)

Dans le cadre de leur mission d’information sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie, les sénateurs de la commission des lois, François-Noël Buffet, Philippe Bas et Jean‑Pierre Sueur, ont été à la rencontre de toutes les parties prenantes du Territoire. L’objectif : « écouter pour recréer de la confiance ».

Au regard des enjeux politiques et juridiques de la nouvelle période institutionnelle qui s’ouvre à l’issue de la troisième consultation relative à l’autodétermination, la commission des lois a créé une mission d’information sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle‑Calédonie présidée par François-Noël Buffet. « Nos travaux doivent contribuer à la réflexion sur la situation institutionnelle, en accompagnant et en consolidant le processus de dialogue initié par les accords de Matignon et Nouméa entre l’État et les populations calédoniennes dans « l’après Nouméa » », explique le sénateur. (...) Ce 28 juin, c’était au tour des chambres consulaires, organisations patronales et professionnelles d’être reçues par les sénateurs. « Nous leur avons rappelé que la stratégie définie pour l’avenir de la Nouvelle-Calédonie ne peut se construire sans le monde économique, commente Xavier Benoist, président de la Finc. Mais pour cela, il est urgent aujourd’hui que nos politiques changent de méthode ! » S’ils sont restés prudents quant aux éventuelles pistes à préconiser pour l’avenir du Territoire, François-Noël Buffet, Philippe Bas et Jean‑Pierre Sueur ont assuré de la nécessité de « renouer les fils du dialogue ».