Exactions en Nouvelle-Calédonie - Revue de presse Mai Juin Juillet 2024

"C'est le résultat d'un travail que l'on mène depuis le début avec Bercy, donc des échanges très fréquents sur la difficulté de la situation économique en Nouvelle-Calédonie. Nous saluons l'augmentation des plafonds et l'augmentation de la durée de l'aide. Des aides qui sont malgré tout bien adaptées à une bonne partie du tissu économique calédonien qui, je le rappelle, est constitué de pour une très grande majorité de petites entreprises, donc ça va dans le bon sens car ça permet de toucher davantage d'entreprises ce relèvement du plafond, mais bien évidemment ça peut sembler très faible pour aussi un grand nombre d'entreprises calédoniennes et il faut aller plus loin, en tous cas c'est ce que nous demandons fermement à Bercy, avec des propositions qui ont été faites dès la semaine dernière avec d'autres partenaires économiques locaux et nous espérons les voir aboutir prochainement".

 

 

"Les différents acteurs économiques de Nouvelle-Calédonie ont reçu ce jeudi 11 juillet les deux députés calédoniens Emmanuel Tjibaou et Nicolas Metzdorf pour les sensibiliser "sur l’urgence absolue de prioriser le sauvetage économique et social" du Caillou. À travers un communiqué commun, les acteurs économiques ont informé de leur rencontre avec les deux députés calédoniens récemment élus Nicolas Metzdorf et Emmanuel Tjibaou. Ces derniers se sont ainsi "engagés à se faire l’écho d’une seule voix de la détresse des milliers de Calédoniens". (...)

JT Nouvelle-calédonie la 1ère du 10/07/2024. Extraits : - “Ce chômage il va bien falloir le financer”, Elizabeth Rivière Présidente de la Chambre de Métiers et de l'Artisanat - CMA - NC. - “On est dans une course contre la montre. Si l’on injecte pas rapidement de l’argent dans l’économie calédonienne, nous ne nous en relèverons pas” Xavier BENOIST Président de la FINC Industries Nouvelle-Calédonie - “Il faut maintenir en vie les entreprises qui restent debout. Nous sommes face à un grand risque de perte d’entreprises massif et de destruction d’emploi additionnelle ” Mimsy Daly, Présidente du Medef-NC.

 

 

 

(...) « Le diagnostic vital de l’économie calédonienne est engagé », peut-on lire dès l’introduction du courrier. Le Medef, accompagné de nombreux autres acteurs économiques locaux, déplore que les mesures prises jusqu’à présent soient insuffisantes. Les entreprises, même celles non directement touchées par les récents troubles, sont en grande difficulté, victimes du ralentissement brutal de l’économie et de la perte de confiance générale.

Un constat accablant. « A part quelques secteurs économiques épargnés, l’ensemble de l’économie calédonienne est à l’arrêt », souligne le Medef. Les entreprises non brûlées et non vandalisées deviennent malgré elles sinistrées en raison de la diminution de la consommation et de la persistance des troubles publics. La situation est jugée « gravissime », et le retour à la normale semble loin. Le communiqué met en lumière l’inefficacité des premières mesures de soutien, considérées comme des « mesurettes » ne réglant en rien les problèmes structurels actuels.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : près de 20000 chômeurs attendus à la fin du mois, soit près d’un tiers des employés du secteur privé. Des dégâts estimés à plus de 1,5 milliard d’euros (179 milliards de francs) par l’IEOM, chiffre qui n’inclut pas les pertes d’exploitation et autres dommages indirects. Le gouvernement, jeudi, a parlé de 265 milliards de francs de dégâts. Ces données marquent la profondeur de la crise que traverse actuellement le territoire. (...)

 

Même si la situation s’améliore, les exactions se poursuivent. Les commerçants – ceux qui ont pu conserver une activité - restent inquiets pour la sécurité de leurs magasins. Ceux qui ont été impactés sont pris par les formalités d’assurances ou de reconstruction. Et ils s’inquiètent tous pour l’avenir de leur activité.

 

  • « On a vu personne depuis le début des émeutes » - La Voix du Caillou : Malgré peu de destructions directes, avec plus de 35 000 annulations de nuitées et de prestations, le deuxième secteur économique de Nouvelle-Calédonie accuse « plusieurs milliards de pertes ». Fermetures des aéroports, blocages des routes, fermetures des sites, comme beaucoup d’autres, le secteur du tourisme en Nouvelle-Calédonie paye les pots cassés de la situation insurrectionnelle du Caillou. Ce sont les 5 000 emplois directs du milieu qui sont aujourd’hui « menacés ». Si d’après Nouvelle-Calédonie Tourisme, « il y a heureusement peu de dégradations sur des sites touristiques à déplorer », l’économie du pays liée à ce secteur tourne au ralenti. Une économie « importante puisque la deuxième du pays, d’après Philippe Artigue, directeur communication chez Nouvelle-Calédonie Tourisme. Pour 2023, on estime les recettes du secteur à plus de 50 milliards, donc si la Nouvelle-Calédonie se coupe de cette base, on ajoute de la crise à la crise. » (...)

  • Crise en Nouvelle-Calédonie. A Houaïlou, le Centre de formation aux techniques de la mine a brûlé - Nouvelle-Calédonie la 1ère 02/07/2024 (francetvinfo.fr)

  • Le Théâtre de l’île annule sa saison culturelle - La Voix du Caillou

  • VIDÉO. 01/07/2024 Crise en Nouvelle-Calédonie : trois entreprises incendiées à Ducos, environ 80 salariés pénalisés - Nouvelle-Calédonie la 1ère (francetvinfo.fr)

  • Les acteurs économiques écrivent aux élus - La Voix du Caillou Le Medef, la CCI, la Chambre de métiers et de l’artisanat, l’Union des entreprises de proximité (U2P), la Chambre d’agriculture et de la pêche, la CPME et tous les syndicats professionnels qu’ils représentent, sont signataires de ce courrier. Ils s’adressent aux élus calédoniens, n’ayant obtenu aucune réponse du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie à leur courrier du 19 juin. Ils soulignent tout d’abord que, « conséquences directes des destructions d’entreprises, des pertes d’emplois colossales et de l’effondrement de la consommation, les pertes fiscales déjà constatées à hauteur de 31 milliards pour l’année 2024 ne pourront que s’amplifier tant notre tissu économique est endommagé par les exactions encore en cours ». (...)

  • Oui aux réformes, mais avec l’administration de l’État (madein.nc)

  • Les acteurs économiques adressent un courrier aux élus du Congrès | Les Nouvelles Calédoniennes (lnc.nc) Une cinquantaine d’acteurs économiques du Caillou adressent ce vendredi un courrier aux membres du Congrès. Dans cette lettre, ils demandent aux élus que l’administration des aides à la relance économique soit directement gérée par l’État, en concertation avec les professionnels du secteur. (...)

  • «LES ÉMEUTIERS NE SONT PAS MIS EN ÉTAT DE NUIRE ET CONTINUENT DE DÉTRUIRE LA NOUVELLE-CALÉDONIE», REGRETTE LE PRÉSIDENT DU SYNDICAT DES COMMERÇANTS DE L'ÎLE https://www.cnews.fr/videos/france/2024-06-29/les-emeutiers-ne-sont-pas-mis-en-etat-de-nuire-et-continuent-de-detruire-la

  • PODCAST Radio Rythme Bleu 28/06/2024 relatif au courrier des acteurs économiques adressé jeudi 26/06 aux élus du Congrès suite à la lettre ouverte datée du 19 juin restée sans réponse. Les pertes fiscales depuis le 13 mai ont déjà été évaluées à 31 milliards. Le gouvernement estime même avoir besoin d'une aide d'au moins 80 milliards pour boucler son année budgétaire (hors reconstruction). Saluant les travaux engagés par le Gouvernement pour réduire les dépenses de fonctionnement, le courrier souligne que les réformes structurelles nécessaires seront insuffisantes sans un plan robuste de relance économique qui ne pourra être que financé par l'État. En conséquence, il est demandé aux élus du Congrès de solliciter une intervention directe de l'État pour coordonner les aides à la reconstruction en coordination avec tous les acteurs locaux. Consulter le courrier au élus du Congrès : 2024-06-26courriercongres.pdf (medef.nc)

 

 

Les fédérations professionnelles sont inquiètes de la situation d’urgence. Elles se sont regroupées pour écrire au gouvernement, et demandent la mise en place d’un moratoire fiscal et social total, en plus des moratoires bancaires, jusqu’au 31 Décembre 2024, pour l’ensemble des entreprises. Elles se disent inquiètes alors que les réponses tardent à venir sur les urgences en termes d’assurance et de financement immédiat des entreprises. Ce moratoire fiscal et total qu’elle réclament jusqu’à la fin de l’année, est la seule condition, estiment-elles, pour que leurs entreprises puissent continuer à payer les salaires, les stocks, ou les fournisseurs. Elles demandent une réponse de la part du gouvernement avant le 25 Juin.

 

 

 

 

 

A ce jour, on estime à 7000 le nombre de salariés ayant perdu leur emploi suite aux violences de la CCAT. La grande majorité d’entre eux auront recours au chômage partiel ou total. Il faut le financer. Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a instauré « deux allocations chômages spécifiques (partiel et total renforcé). Elles sont destinées à compenser les pertes de rémunérations des salariés et des entreprises impactées par les exactions, à favoriser le maintien des contrats de travail et à garantir un pouvoir d’achat minimum pour les travailleurs touchés. » Mais il faut les financer, aussi hier le gouvernement a adopté un projet de délibération qui permet le versement d’une subvention de 6 milliards de francs à la CAFAT. Ces 6 milliards devraient permettre de financer les allocations chômages pour les seuls mois de mai et de juin. « Cette subvention, précise le gouvernement, sera financée grâce à une aide de l’État du même montant. Le reste du financement du dispositif est en cours de traitement avec l’Etat ». Pour que cette délibération soit adoptée rapidement, le gouvernement a demandé l’ouverture d’une session extraordinaire du Congrès.

L’urgence, mais après

Mais on est là dans l’urgence et dans le court terme, car après le mois de juin que se passera-t-il, a fortiori si le nombre de demandeurs d’emploi explose, comme on peut le craindre ? Par ailleurs, et c’est ce qui est confirmé ici, sans l’Etat, la Nouvelle-Calédonie ne dispose d’aucun levier financier pour assurer le versement des allocations chômage. La crainte tient à l’ampleur de la perte de revenus de tous ceux qui vont se retrouver sans emploi, et aux conséquences pour la consommation et l’économie. L’inquiétude tient aussi aux décisions d’une éventuelle nouvelle majorité à l’Assemblée et d’un nouveau gouvernement, concernant le nécessaire soutien de la France à l’économie calédonienne.

 

Jean-François Bodin recevait Laurent Jeandot, le président de l’APCA, l’association professionnelle des concessionnaires automobiles, Laurent Vircondelet, président du syndicat des importateurs, mais aussi de la fédération du commerce, et Dominique Lefeivre, le patron de biscochoc.

Certains ont tout perdu, d’autres ont subi des dégâts considérables, des filières sont mises à mal. Dans les Jeudis de l’Economie, nous recevions des chefs d’entreprises ou responsables de syndicats professionnels qui ont subi de plein fouet le déchainement destructeur qui a marqué les premiers jours des émeutes. Comment réagissent-ils ? Quelles questions se posent-ils pour la suite ?

Les acteurs économiques sont dans la plus grande incertitude quant à l'avenir de leurs entreprises. Quel que soit le secteur d'activité, les dégâts considérables infligés par les émeutes ont des conséquences catastrophiques sur l'emploi notamment. Dans une conférence de presse organisée ce matin à Ducos, beaucoup ont dit redouter de ne pouvoir payer aucun salaire au mois de juin. Le Medef de son côté juge insuffisantes les mesures annoncées par le ministre de l'économie Bruno Lemaire, et appelle le gouvernement de la Nouvelle Calédonie à prendre ses responsabilités.

Au milieu des ruines de Ducos, une vingtaine d'acteurs économiques se sont réunis ce matin pour alerter sur la situation dramatique de l'économie calédonienne et appeler à des mesures urgentes. De nombreux chefs d'entreprises comme Guillaume Benoît sont dans le flou le plus total. Et craignent de ne pas pouvoir payer les salaires du mois de juin. - SON a écouter en ligne -

Une situation qui n'épargne aucun secteur de l'économie et notamment les sous-traitants de l'industrie du nickel. Malgré les difficultés, certains, comme Barbara Vlaminck, gérante de Socométal et Métalco et présidente de l'association des femmes chefs d'entreprises, ont encore une activité partielle. Et parlent beaucoup avec leurs salariés. - SON a écouter en ligne -

Malgré les entreprises pillées, incendiées, détruites, de très nombreux chefs d'entreprise ont décidé de ne pas baisser les bras. Encore faut-il savoir comment reconstruire confirme la présidente du Medef NC Mimsy Daly. - SON a écouter en ligne -

Hier soir les organisations patronales ont pu échanger pendant une vingtaine de minutes par visio-conférence avec le ministre de l'économie Bruno Lemaire, et les mesures annoncées sont plutôt bien accueillies, même si tous savent qu'elles ne seront pas suffisantes. - SON a écouter en ligne -

Les acteurs économiques qui n'hésitent plus à avertir qu'ils ne pourront sans doute pas honorer leurs échéances fiscales et sociales, car leur priorité reste leurs salariés. Une réalité qui ne serait pas sans conséquences sur les finances déjà exsangues de la Nouvelle Calédonie.

Jean-François Bodin recevait Laurent Jeandot, le président de l’APCA, l’association professionnelle des concessionnaires automobiles, Laurent Vircondelet, président du syndicat des importateurs, mais aussi de la fédération du commerce, et Dominique Lefeivre, le patron de biscochoc.

Certains ont tout perdu, d’autres ont subi des dégâts considérables, des filières sont mises à mal. Dans les Jeudis de l’Economie, nous recevions des chefs d’entreprises ou responsables de syndicats professionnels qui ont subi de plein fouet le déchainement destructeur qui a marqué les premiers jours des émeutes. Comment réagissent-ils ? Quelles questions se posent-ils pour la suite ?

>> https://www.linkedin.com/posts/medef-nouvelle-caledonie

 

Chômage : un soutien financier de l'Etat, "seule solution" selon le président du conseil d'administration de la Cafat - Nouvelle-Calédonie la 1ère (francetvinfo.fr)

  • - PODCAST MEDIA Nouvelle-calédonie la 1ère : Patrick Dupont le représentant du Medef-NC au Conseil d’Administration et Président de la CAFAT - Sécurité Sociale de Nouvelle-Calédonie était l’invité du plateau de NC La 1ère TV ce mardi 4 juin 2024. Facebook - LinkedIn - Youtube : 


- NoumeaPost Extrait : "SANS L’AIDE DE LA FRANCE, LA CAFAT VA RAPIDEMENT COULER ET NE POURRA HONORER LE SYSTÈME D’INDEMNISATION DU CHÔMAGE : Jamais, peut-être, le futur de la Nouvelle-Calédonie n’a autant dépendu de la France. Cela est évident au plan économique, avec la destruction de tout un pan de l’appareil de production, de transformation et de distribution. Mais à présent, c’est l’ensemble du modèle social calédonien qui pourrait sombrer, non pas dans des années, mais dans les jours à venir. Un modèle essentiel en matière de solidarité et de cohésion pour toute société.
Tous les régimes #CAFAT vont être privés de ressources annuelles suffisantes en raison du nombre abyssal de suppression d’emplois, soit définitivement, soit pour plusieurs mois. Dans un tel contexte, le #ruamm, dont dépend notamment le système de santé, et qui se trouve déjà devant une impasse de plusieurs dizaines de milliards, est virtuellement en cessation de paiement. Mais plus grave, si les mesures de redressement dont le vote est en souffrance depuis des mois au Congrès, étaient adoptées, elles seraient en mal d’assurer la pérennité du régime en raison, également, de la disparition de milliers de cotisants (...)

 

- O5/06/2024 "Il demeure impossible de se rendre en toute sécurité sur son lieu de travail" | Les Nouvelles Calédoniennes (lnc.nc)

Le Cabinet DME a réalisé une étude sur les premiers impacts des violences des deux premières semaines. Étude dont nous avons publié les principaux chiffres, et sur laquelle nous revenons en compagnie du fondateur du Cabinet DME, l’économiste Olivier Sudrie.

PODCAST du Live sur le  Youtube Calédonia TV : https://www.youtube.com/live/ZUBgwSbg2kY?si=icbv4s3AKNu-aLEM

 

31/05/2024  Le gouvernement et les acteurs économiques font un point de situation ... Outre-mer la 1ère On a une notion d'urgence, les salaires, c'est la première priorité. Mimsy Daly, présidente du Medef-NC. Avec un compte à rebours : "On est le 31 ... On a une notion d’urgence, les salaires, c’est la première priorité."

 

 

- De sensibiliser les représentants de l’état sur la situation telle qu’elle est sur le terrain ou l’ordre n’est toujours pas rétabli et ou des entreprises ont encore été attaquées et détruites ces dernières nuits,
- D’évoquer les mesures d’urgence, autres que sécuritaires, à prendre afin de permettre ne serait-ce que le versement des salaires, la reprise du travail là ou cela est possible ou le fonctionnement d’entreprises essentielles,
- De faire un point sur les premières mesures annoncées et destinées à répondre aux urgences pour les entreprises détruites,
- D’évoquer le futur économique du territoire afin que les stratégies nécessaires soient pensées dès maintenant.
Le Medef salue le courage des chefs d’entreprise de Nouvelle Calédonie, et le rôle déterminant joué par le Medef Nouvelle Calédonie dans cette crise dont tous les calédoniens seront les victimes.
Le Medef et son président Patrick Martin seconderont de toutes leurs possibilités leurs efforts afin d’obtenir des solutions très rapides, mais aussi de long terme afin de redonner l’espoir à celles et ceux qui font vivre le territoire.

 

 

  • - 31/05/2024  Le gouvernement et les acteurs économiques font un point de situation ... Outre-mer la 1ère On a une notion d'urgence, les salaires, c'est la première priorité. Mimsy Daly, présidente du Medef-NC. Avec un compte à rebours : "On est le 31 ... On a une notion d’urgence, les salaires, c’est la première priorité."

EXTRAIT : La présidente du Medef en appelle au Congrès

Mimsy Daly a pris la parole pour le Medef qu’elle préside. "La situation est catastrophique", martèle-t-elle, en confirmant : "Il va y avoir un volet assurances. Il y a les entreprises détruites, mais aussi les entreprises qui n’ont pas été détruites, victimes collatérales de cette première phase de destruction : les sous-traitants, les entreprises en perte d’exploitation, qui vont se retrouver en cessation de paiements par défaut de trésorerie." Une vague "qui concerne des milliers d'entreprises dans tous les secteurs d'activité". Sans oublier "le secteur métallurgique, contraint par la situation".

La dirigeante patronale insiste : "L’heure est grave. On avance tous les jours. Le gouvernement a écrit des textes de loi. Il faut que ces mesures soient financées. On attend la confirmation de l’Etat et qu’elles soient votées par le Congrès. On a besoin de savoir si le Congrès est prêt à voter les textes de loi qui vont être déposés, dans un délai très court. On a des compétences ici [sur lesquelles] l’Etat n’a pas la main. Nous appelons à la mise en œuvre très rapide du vote."

Avec un compte à rebours : "On est le 31 mai, c’est la fin du mois, on a dix jours pour payer les salaires. Des milliers de Calédoniens sont dans l’attente de ces décisions. Des choix doivent être faits en fonction des décisions qui seront prises." Et même de lancer : "Mieux vaut faire vite que bien. Ils ont besoin d’avoir de la visibilité. On a une notion d’urgence, les salaires, c’est la première priorité."

Thierry Santa a parlé de réunir la commission permanente du Congrès la semaine prochaine, pour examiner les textes pris par le gouvernement ce mercredi. Autre notion de durée : "Si on a l’accord de l’Etat pour les financements exceptionnels, le gouvernement se réunira avant mercredi", a assuré Christopher Gygès.

On sait que le travail qui attend les assurances est colossal. Elles ont d’ailleurs reçu des renforts pour gérer les très nombreux dossiers qu’elles vont devoir gérer. Comment s’organisent-elles ? Quelles sont leurs priorités ? Leurs axes de travail ?

Jean-François Bodin recevait Frédéric Jourdain, le président du COSODA, le comité des sociétés d’assurances de Nouvelle-Calédonie, Jean-Michel Calba, directeur général de Groupama, Jean Goncalvès, directeur général adjoint du groupe Ballande, et Guillaume Benoit, président de l’association des directeurs financiers.

 

 

- 30/052024 : La Nouvelle-Calédonie en état de catastrophe économique - La Voix du Caillou : Fin connaisseur de l’économie calédonienne, de ses rouages et fonctionnements, l’économiste Olivier Sudrie a fait réaliser par son cabinet (Cabinet DME) une première étude d’impact des violences et destructions orchestrées par la Cellule de coordination des actions de terrain (CCAT). "Il a fallu lire et relire le document dont nous nous sommes procurés une copie, pour se convaincre de la réalité des chiffres, tant la catastrophe est d’ampleur. Et encore, il est bien spécifié que la crise n’est pas terminée et que l’intégralité des dégâts n’a pas encore été recensée. Par ailleurs, l’étude ne porte que sur le secteur marchand, à l’exclusion du nickel, de l’agriculture, de l’immobilier, des finances et de l’énergie".

- 30/05/2024 : David Guyenne : "Le coût de la reconstruction est évalué entre 120 et 170 milliards de francs" | Les Nouvelles Calédoniennes (lnc.nc)

Partagez depuis nos réseaux sociaux :

Facebook : https://www.facebook.com/share/p/V5JvxfVrZzuJAbpE/

LinkedIn : https://www.linkedin.com/posts/mimsy-daly-2a5b804_2024-05-24-tv-nc-la1-mimsy-daly-medef-activity-7199957110070104064-_omO?utm_source=share&utm_medium=member_android

X : https://x.com/MedefNC/status/1794216675791036661?t=y1nbmCBK4HA8AxciiVhUsg&s=19

 

https://la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie/direct-emeutes-en-nouvelle-caledonie-fin-de-la-visite-presidentielle-mission-de-mediation-la-situation-au-lendemain-de-la-visite-d-emmanuel-macron-1490711.html

Mimsy Daly, la présidente du Medef de l'archipel, a pour sa part précisé que «plus d'une centaine d'entreprises sont totalement détruites». «Cela ....

  • - Nouvelle-Calédonie: le Medef craint une "catastrophe" pour l'économie de l'archipel YouTube

Invitée sur BFM Business ce jeudi 16 mai, la présidente du Medef Nouvelle-Calédonie, Mimsy Daly a déploré que les entreprises sur place étaient ...

  • - Emeutes en Nouvelle-Calédonie EN DIRECT : Visioconférence avec Macron annulée, les ...20Minutes

Mimsy Daly, la présidente du Medef de l'archipel, a pour sa part précisé que « plus d'une centaine d'entreprises sont totalement détruites ».

  • - Nouvelle-Calédonie : les vraies raisons des émeutes - Challenges

Pour sa présidente Mimsy Daly, « à l'échelle de notre économie c'est une catastrophe. A court terme, 1500 emplois sont déjà détruits. Une première ...

  • - Nouvelle-Calédonie : Gabriel Attal annonce de nouveaux renforts de forces de l'ordre, la ...FranceBleu

Mimsy Daly, la présidente du Medef de l'archipel, a pour sa part précisé que "plus d'une centaine d'entreprises sont totalement détruites" : "Cela ...

  • - Emeutes en Nouvelle-Calédonie : les dégâts des émeutes estimés à 200 millions d'euros Sudinfo

Mimsy Daly, la présidente du Medef de l'archipel, a pour sa part précisé que «plus d'une centaine d'entreprises sont totalement détruites».

  • - Nouvelle-Calédonie : des renforts sont arrivés sur l'île - LesEchos

... Mimsy Daly. Et d'ajouter que la situation « est loin d'être stabilisée ». « C'est une situation totalement inédite pour la Nouvelle-Calédonie et à ...

  • - EN DIRECT - Nouvelle-Calédonie: Trois policiers blessés par balle, dont deux seraient ...JeanMarcMorandini

L'économie calédonienne est structurellement atteinte », a poursuivi David Guyenne, estimant que « l'Etat va devoir intervenir ». Mimsy Daly, la ...

  • - EN DIRECT - Nouvelle-Calédonie : le coût des dégâts liés aux émeutes estimé à 200 ...LeFigaro

La présidente du Medef Nouvelle-Calédonie, Mimsy Daly, a fait part de son inquiétude alors que l'archipel est toujours secoué par les émeutes ...

  • - Soir Info (Émission du 15/05/2024) - Vidéo Dailymotion

Mimsy Daly : «C'était une troisième nuit très très compliquée [...] Les civils se sont mobilisés pour défendre eux-mêmes les entreprises et leur ...

  • - les dégâts des émeutes estimés à 200 millions d'euros - NewsDayFR

Mimsy Daly, la présidente du Medef de l'archipel, a de son côté précisé que « plus d'une centaine de commerces sont complètement détruits ...

  • CNEWS on X: "Mimsy Daly : «C'était une troisième nuit très très compliquée [...] Les civils se sont ...twitter.com

Mimsy Daly : «C'était une troisième nuit très très compliquée [...] Les civils se sont mobilisés pour défendre eux-mêmes les entreprises et leur ...

>> RRB jeudi de l'économie Un jeudi de l'économie particulier qui s'attarde sur les difficultés économiques liées aux exactions de ces derniers jours. Jean François Bodin recevait Mimsy Daly, la présidente du MEDEF-NC, David Guyenne, le président de la CCI et Elizabeth Rivière, la présidente de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat. https://rrb.nc/podcast/les-jeudis-de-l-economie-9

  • >> RRB jeudi midi https://www.facebook.com/share/v/zpJNia1Jn7g7mcqA/
  • >> France Info

Outre-mer la 1ère - Franceinfo

... NC la 1ère. "Ça a été une nuit d'une grande violence pour le monde économique", s'émeut mardi matin la présidente du Medef-NC. "On peut estimer que ...

 

>> Le Figaro

ACTUALITÉS  
 

Le Figaro

« C'est considérable pour un territoire de cette taille, c'est une ville saccagée, explique la présidente du Medef local, Mimsy Daly. Nos ...

 

>> Le Monde

Le Monde

... Mimsy Daly. Malgré le couvre-feu décrété par le haut-commissariat pour la nuit, la liste des magasins, usines et infrastructures incendiés s'est .

 

>> Les Echos

Les Echos

« En une nuit, ce sont près de 1.000 emplois qui ont été potentiellement détruits », a affirmé la présidente de l'organisation patronale Medef ...

 

>> BFM TV

BFMTV

"Les entreprises ne font pas de politique": la présidente du Medef du territoire déplore les violences envers les entreprises. "Aujourd'hui, ce qui ...

 

>> Ouest Fance

Ouest-France

C'est un drame humain, on ne comprend pas », a lancé la présidente de l'organisation patronale Medef Nouvelle-Calédonie, Mismy Daly. Les ...

 

15/06/2024

>> Nc la 1ere

>> BFM TV : https://www.bfmtv.com/police-justice/emeutes-en-nouvelle-caledonie-plus-de-130-interpellations-la-population-appelee-a-limiter-ses-deplacements_AD-202405141052.html

>> Direct NC La 1 ère 

 

14/06/2024

>> RRB : 

L'INVITE DU JOURNAL : LOUIS LE FRANC | Radio Rythme Bleu (rrb.nc)

- Mimsy Daly journal du 14/05 : Podcasts | Radio Rythme Bleu (rrb.nc)

>> France Inter : 

Réforme du corps électoral en Nouvelle-Calédonie : la présidente du Medef sur place se dit "en colère" et "inquiète" face aux tensions qui éclatent (francetvinfo.fr)

>> LinkedIn

  • https://www.tf1info.fr/justice-faits-divers/en-direct-violences-emeutes-nouvelle-caledonie-une-grande-operation-lancee-pour-reprendre-la-route-entre-noumea-et-l-aeroport-2299839.html
  • https://www.cnews.fr
  • https://www.radio1.pf/en-nouvelle-caledonie-les-entreprises-ne-pourront-pas-toutes-se-relever/
  • 20h TF1 17/05/2024
  • Nouméa: "On s'approche des 500 millions d'euros de dégâts", avance Laurent Vicondelet, président de la Fédération du Commerce de Nouvelle-Calédonie
  • Franceinfo "Des entreprises sont encore assiégées, voire incendiées" déclare sa présidente Mimsy Daly qui prévoit déjà des difficultés pour payer les 

  • Émeutes en Nouvelle-Calédonie: le Medef craint une "catastrophe" pour l'économie de l'archipelBFMTVInvitée sur BFM Business ce jeudi, la présidente du Medef Nouvelle-Calédonie, Mimsy Daly, a partagé son inquiétude alors que l'archipel est secoué ...
  • Nouvelle-Calédonie : des dégâts économiques déjà considérables - Les Echos De notre point de vue, la situation n'est pas du tout stabilisée », pointait jeudi la présidente du Medef de Nouvelle-Calédonie, Mimsy Daly, au micro ...
  • Nouvelle-Calédonie: le Medef craint une "catastrophe" pour l'économie de l'archipel - BFMTVBFMTV VIDÉO - Invitée sur BFM Business ce jeudi 16 mai, la présidente du Medef Nouvelle-Calédonie, Mimsy Daly a déploré que les entreprises sur place ...
  • Violences en Nouvelle-Calédonie : 24 milliards de francs de dégâts pour les premiers jours ...Le portail des Outre-mer - Franceinfo Mimsy Daly, la présidente du Medef de l'archipel, a pour sa part précisé que "plus d'une centaine d'entreprises sont totalement détruites". "Cela ...
  • Nouvelle-Calédonie : les dégâts des émeutes estimés à 200 millions d'euros - Europe La réunion à laquelle participaient Mimsy Daly et David Guyenne visait à mettre en place une cellule d'urgence pour répondre aux pénuries alimentaire, ...
  • Nouvelle-Calédonie : "150 entreprises détruites", l'économie calédonienne au bord du gouffre RadioFrance Au-delà des destructions des derniers jours, l'archipel est en réalité économiquement exsangue, selon Mimsy Daly présidente du Medef Nouvelle- ...
  • Ronan Daly, président du Syndicat des commerçants de Nouvelle-Calédonie : «On est en - actu - actu En Nouvelle-Calédonie, l'économie affronte un cataclysme - LeMonde Plus d'une centaine d'entreprises ont été totalement détruites et cela continue jour après jour, nuit après nuit », détaille au Monde Mimsy Daly, la ...
  • Nouvelle-Calédonie : les renforts annoncés par l'exécutif arrivés sur place - Libération Mimsy Daly, la présidente du Medef de l'archipel, a pour sa part précisé que «plus d'une centaine d'entreprises sont totalement détruites». «Cela ....
  • Nouvelle-Calédonie: le Medef craint une "catastrophe" pour l'économie de l'archipel YouTube Invitée sur BFM Business ce jeudi 16 mai, la présidente du Medef Nouvelle-Calédonie, Mimsy Daly a déploré que les entreprises sur place étaient ...
  • Emeutes en Nouvelle-Calédonie EN DIRECT : Visioconférence avec Macron annulée, les ...20Minutes Mimsy Daly, la présidente du Medef de l'archipel, a pour sa part précisé que « plus d'une centaine d'entreprises sont totalement détruites ».
  • Nouvelle-Calédonie : les vraies raisons des émeutes - Challenges Pour sa présidente Mimsy Daly, « à l'échelle de notre économie c'est une catastrophe. A court terme, 1500 emplois sont déjà détruits. Une première ...
  • Nouvelle-Calédonie : Gabriel Attal annonce de nouveaux renforts de forces de l'ordre, la ...FranceBleu Mimsy Daly, la présidente du Medef de l'archipel, a pour sa part précisé que "plus d'une centaine d'entreprises sont totalement détruites" : "Cela ...
  • Emeutes en Nouvelle-Calédonie : les dégâts des émeutes estimés à 200 millions d'euros Sudinfo Mimsy Daly, la présidente du Medef de l'archipel, a pour sa part précisé que «plus d'une centaine d'entreprises sont totalement détruites».
  • Nouvelle-Calédonie : des renforts sont arrivés sur l'île - LesEchos ... Mimsy Daly. Et d'ajouter que la situation « est loin d'être stabilisée ». « C'est une situation totalement inédite pour la Nouvelle-Calédonie et à ...
  • EN DIRECT - Nouvelle-Calédonie: Trois policiers blessés par balle, dont deux seraient ...JeanMarcMorandini L'économie calédonienne est structurellement atteinte », a poursuivi David Guyenne, estimant que « l'Etat va devoir intervenir ». Mimsy Daly, la ...
  • EN DIRECT - Nouvelle-Calédonie : le coût des dégâts liés aux émeutes estimé à 200 ...LeFigaro La présidente du Medef Nouvelle-Calédonie, Mimsy Daly, a fait part de son inquiétude alors que l'archipel est toujours secoué par les émeutes ...
  • Soir Info (Émission du 15/05/2024) - Vidéo Dailymotion Mimsy Daly : «C'était une troisième nuit très très compliquée [...] Les civils se sont mobilisés pour défendre eux-mêmes les entreprises et leur ...Mimsy Daly : «C'était une troisième nuit très très compliquée [...]
  • les dégâts des émeutes estimés à 200 millions d'euros - NewsDayFR Mimsy Daly, la présidente du Medef de l'archipel, a de son côté précisé que « plus d'une centaine de commerces sont complètement détruits ...
  • CNEWS on X: "Mimsy Daly : «C'était une troisième nuit très très compliquée [...] Les civils se sont ...twitter.com

Mimsy Daly : «C'était une troisième nuit très très compliquée [...] Les civils se sont mobilisés pour défendre eux-mêmes les entreprises et leur ...

Réforme du corps électoral en Nouvelle-Calédonie : la présidente du Medef sur place se dit "en colère" et "inquiète" face aux tensions qui éclatent (francetvinfo.fr)

 

 

Voix du Caillou - 12/05/2024 - La CAFAT au bord de la rupture

Voix du Caillou - 12/05/2024 - Redevance superficiaire : la SLN et la NMC font plier le gouvernement

Communiqué de presse - Nouméa, le 6 mai 2024 - Conférence sociale et économique : Le Medef-NC salue l’initiative du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

"Vendredi 3 mai, le président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, Louis Mapou, annonçait « au nom du gouvernement collégial », la préparation d’un plan de relance économique et la tenue d’une conférence sociale et économique prévue à la fin du mois de mai.

Face à la situation économique actuelle et au regard de l’urgence économique du territoire, le Medef-NC ne peut que saluer cette démarche qui répond pleinement à la volonté et aux demandes successives de la société civile d’être associée à la construction d’un plan de relance économique.

Si les piliers proposés dans ce plan de relance semblent correspondre aux sujets prioritaires qu’il convient de traiter, le Medef-NC espère que leur contenu pourra reposer sur une véritable écoute et que les propositions du monde économique pourront être prises en compte par l’ensemble des décideurs politiques. La relance économique devra par ailleurs être inscrite dans une démarche globale cohérente pour pouvoir répondre à l’urgence économique de la Nouvelle-Calédonie sans pour autant fragiliser davantage le pouvoir d’achat des Calédoniens, en amont comme à l’issue de cette conférence.

Les représentants du Medef-NC se tiennent prêts, aux côtés des élus et partenaires sociaux, à initier les grands travaux et débats nécessaires à la relance du territoire qu’ils appellent de leurs vœux".

 

RETOMBEES MEDIAS :

 

 

 

COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT COLLEGIAL DU 03/05/2024

Le dos au mur, et face à une crise sans précédent aux plan économique et sociale, le gouvernement présidé par Louis Mapou a retrouvé un fonctionnement collégial afin de bâtir  une stratégie de relance pour la Nouvelle-Calédonie. Déjà, la prise de position de son président pour la signature du Pacte Nickel avait fait afficher une adhésion unanime les membres de l’Exécutif. Cette fois, Louis Mapou l’annonce et ses collègues le confirment, chacun, dans son secteur, travaille sur les 4 sujets qui pourraient constituer la colonne vertébrale d’une relance économique : le soutien à la consommation et au pouvoir d’achat, le soutien à l’investissement, le soutien à la trésorerie des entreprise et le maintien des compétences et de l’emploi.

Première étape : une conférence dans les semaines à venir, avec les acteurs économiques et les partenaires sociaux, d’un plan s’étalant sur 3 ans. Celui-ci, préparé en concertation avec les forces vives de l’économie, se veut ambitieux et conclusif, c’est à dire proposer des décisions concrètes comportant un calendrier, des mesures réelles, et des financements. Déjà, 4 membres du gouvernement, Isabelle Champmoreau, Christopher Gygès, Thierry Santa et Yoann Lecourieux avaient pris l’initiative de proposer un plan de relance architecturé et séquencé dans le temps en mars dernier. Cette fois, il s’agira d’un travail global mené par le gouvernement dans son ensemble, et le premier grand dossier mené dans cet esprit depuis son installation en 2021.

Conférence économique contenant des propositions concrètes, ambition de façonner enfin un modèle économique au cours du second semestre, perspective à 3 ans, le calendrier et les grandes lignes du contenu ont été posés. Reste maintenant à le mettre en oeuvre.

Pour le président de l’institution, cet esprit collégial pourrait rejaillir sur celui qui doit présider à la recherche de solutions d’avenir pour la Nouvelle-Calédonie. Un domaine qui relève évidemment des partis politiques, mais que le gouvernement pourrait éclairer par la réalité d’un dialogue entre ses membres issus de toutes les sensibilités politiques.

 

RRB - Les jeudis de l'économie du 25/04/2024

Jean-François Bodin recevait le directeur de l’IEOM Yann Caron et le délégué général du Medef Cédric Faivre.

Les chiffres l’attestent : en 2023, l’économie a montré un réel essoufflement, et les perspectives sont incertaines. C’est ce que relève l’IEOM dans sa synthèse annuelle qui met en avant les principales évolutions et les faits saillants pour l’économie.

 

 

LA VOIX DU CAILLOU du 25/04/2024 - Campagne Medef national "Accueillir plus de stagiaires c'est aussi notre affaires"

Avec le MEDEF-NC vous n'êtes jamais seul pour aider collégiens et lycéens à construire leur avenir.

Le MEDEF-NC est partenaire du salon NUMERIBOOST 25/04/2024

COMMUNIQUE DU MEDEF-NC EN SOUTIEN A LA SLN - 17 AVRIL 2024

Appel urgent à la signature du pacte nickel et à la reprise de l’activité des mines exploitées par la SLN en province Nord.

Les représentants du Medef NC tiennent à exprimer leur plus grand soutien à la SLN, à ses salariés et à leurs familles qui vivent depuis plusieurs semaines des heures difficiles voire angoissantes en raison d’une incertitude grandissante quant à l’avenir de l’usine.

Face à l’arrêt de l’activité des mines exploitées par la SLN en province Nord et eu égard à l’absence de visibilité relative à la signature du pacte nickel, le Medef NC ne peut que partager son inquiétude quant aux impacts catastrophiques que cette situation pourrait générer sur l’équilibre des comptes sociaux de la Nouvelle-Calédonie, déjà grandement fragilisés.

Si cette situation perdurait, c’est bel et bien le maintien de notre système de protection sociale qui pourrait être remis en question avec l’ensemble de ses composantes : chômage, santé et retraite. Premier employeur privé du territoire, la SLN est un outil historique incontournable, essentiel aussi bien sur le plan métallurgique qu’économique.

Si celle-ci était amenée à disparaître, ce sont tous les Calédoniens qui en subiraient les conséquences. Il y a donc urgence à trouver des solutions pour offrir aux salariés de la SLN et à leurs familles mais aussi à ses sous-traitants des perspectives durables et soutenables tant la situation économique de l’outil et le contexte économique local ne peuvent plus attendre.

Le Medef NC appelle l’ensemble des élus calédoniens à faire preuve de courage et de responsabilité.

Il en appelle solennellement à la signature du pacte nickel, sans laquelle il deviendra impossible de redonner une visibilité à l’activité métallurgique en Nouvelle-Calédonie. Il est inconcevable d’imaginer le pire des scénarios et de condamner des milliers d’emplois, essentiels à la survie de notre système économique et social. C’est pourquoi, la Commission spéciale « pacte nickel », récemment créée, qui devrait se réunir la semaine prochaine, doit, selon les représentants du Medef NC, pouvoir engager des discussions constructives, menant dans les meilleurs délais à la relance de la filière nickel en Nouvelle-Calédonie.

 

DANS LES MEDIA

 

LNC - 18/04/2024 Bras de fer entre la SLN et la province Nord : où en sont les négociations ? | Les Nouvelles Calédoniennes (lnc.nc)

"Il y a urgence à trouver des solutions"

Dans ce contexte et au vu de "l'absence de visibilité" sur une éventuelle signature du pacte nickel, le Medef fait part, dans un communiqué, de son "inquiétude" quant "aux impacts catastrophiques que cette situation pourrait générer sur l'équilibre des comptes sociaux de la Nouvelle-Calédonie, déjà grandement fragilisés."

L'organisation patronale rappelle que la SLN est le premier employeur privé du pays et que sa disparition aurait des conséquence sur l'ensemble des Calédoniens. 

"Il y a donc urgence à trouver des solutions pour offrir aux salariés de la SLN et à leurs familles mais aussi à ses sous-traitants des perspectives durables et soutenables tant la situation économique de l'outil et le contexte économique local ne peuvent plus attendre", poursuit le Médef qui demande à l'ensemble des élus calédoniens de "faire preuve de courage et de responsabilité" et appelle signer le pacte nickel, sans lequel "il deviendra impossible de redonner une visibilité à l'activité métallurgique en Nouvelle-Calédonie."

 

RRB - Journal de la mi-journée 17/04/2024

 

La Voix du Caillou - Annonces légales - Assemblée Générale du MEDEF-NC le 02 Mai 2024

Prévention et sécurité au travail : Le Salon PREVENTICAL des 18/19 avril 2024

Prévention et sécurité au travail : Le Salon PREVENTICAL des 18/19 avril 2024 | MEDEF NC

 

La Voix du Caillou - 23/04/2024 - Statistiques accidents et maladies au travail

 

LNC 18/04/2024

"La prévention au travail est une source d’économies pour les entreprises" | Les Nouvelles Calédoniennes (lnc.nc)

 

RRB 16/04/2024

CITOYEN : LE SALON PREVENTICAL | Radio Rythme Bleu (rrb.nc)

 

Djiido 10/04/2024 - Interview de Jean-Yves MENNY qui présente le Salon en Santé et sécurité au travail :

 

 

LA VOIX DU CAILLOU 15/04/2024

ACTU-NC du 10/04/2024

 

 

LE POINT - Interview avec Mimsy Daly, Présidente du MEDEF-NC

Vers une relance économique en Nouvelle-Calédonie : les visions et actions du MEDEF-NC. Grégoire Asselin

1. Quel est l'état actuel de l’économie calédonienne ? Défis et opportunités ?

 

L'état actuel de l'économie est assez dégradé. Malheureusement, après une longue période de croissance, la Nouvelle-Calédonie est en récession depuis maintenant 7 ans. À cela, il y a plusieurs raisons, la principale étant le processus institutionnel qui a pesé très lourdement sur l'économie et la compétitivité de la Nouvelle-Calédonie ainsi que son attractivité. On voit la période de décroissance démarrer au moment de la période référendaire, toute l'incertitude institutionnelle a causé des départs, notamment, et le Covid, bien sûr, qui vient s'ajouter à cela.

La Nouvelle-Calédonie a perdu près de 20 000 habitants ces cinq dernières années, ce qui pour un pays de 270 000 habitants est considérable et a pesé lourdement sur la consommation intérieure.

L'autre élément, c'est le retournement assez brutal du marché du nickel qui a porté la croissance de l'économie calédonienne pendant près de 20 ans, et qui depuis maintenant une dizaine d'années est en grande difficulté suite à la baisse brutale des prix du minerai et la montée en puissance de l'Indonésie et de la Chine sur ce marché qui est très stratégique pour la Nouvelle-Calédonie puisque 20% de l'emploi salarié en dépend de façon directe ou indirecte.

La perte de population, la réduction de la valeur créée par la filière nickel, l'incertitude institutionnelle, et bien sûr, le Covid, qui a profondément endetté également la Nouvelle-Calédonie et a freiné de façon très importante sa capacité d'investissement. Tout cela a créé une situation de déprime économique qui ne fait que s'accélérer et qui s'est amplifiée, je dirais, avec la mise en sommeil de l'usine du Nord, de KNS, en début d'année, qui nous a plongés de façon accélérée dans une crise économique assez profonde.

2. En tant que président du MEDEF NC, quelles sont vos principales priorités pour stimuler la croissance économique et soutenir les entreprises locales ?

Aujourd'hui, nous travaillons à deux niveaux : tout d'abord, sur le court terme, en accompagnant les entreprises en difficulté, en particulier en proposant des outils de sauvegarde et d'accompagnement à la transition et à la reconversion des salariés. En parallèle, nous proposons des réformes profondes de notre système économique, notamment en ce qui concerne notre système fiscal.

Nous proposons donc une fiscalité plus simple, inspirée du système islandais, basée sur des assiettes larges: revenus du travail, du capital, et consommation, en fiscalisant largement le financement de notre système de santé, ce qui permettrait une nette revalorisation des bas salaires via la suppression d’une grande partie des prélèvements obligatoires.

Concernant la diversification de l'économie, nous avons des projets ambitieux dans des filières telles que le nickel, le tourisme, l'aquaculture, les nouvelles technologies et la transition énergétique. Le pacte nickel, actuellement en discussion, pourrait permettre de redynamiser la filière métallurgique et d'exporter davantage de minerais. Par ailleurs, la Nouvelle-Calédonie possède un potentiel touristique considérable, mais des améliorations sont nécessaires en termes d'offre hôtelière, d'accueil et de desserte aérienne.

Enfin, il est crucial de rendre l'emploi salarié du secteur privé plus attractif pour redynamiser l'économie et réduire la précarité de l'emploi. Cela passe par un rééquilibrage fiscal et une meilleure compétitivité économique.

3. Quelle est votre message pour les lecteurs de Le Point qui envisagent la NC comme une destination potentielle d’investissement et de tourisme ?

La Nouvelle-Calédonie possède un potentiel remarquable, avec son niveau de développement, ses infrastructures de qualité, et un cadre de vie exceptionnel. Il y a des opportunités de développement dans de nombreux secteurs, notamment les nouvelles technologies, le tourisme, et l'industrie médicale. Cependant, nous sommes à un moment crucial. Il est impératif de stabiliser politiquement le territoire pour attirer les investisseurs et relancer l'économie. La collaboration entre la société civile et les autorités est essentielle pour construire un nouveau modèle économique durable.

 

Interview avec Mimsy Daly, Présidente du MEDEF-NC (kaori-media.com)

Signature d'une convention de partenariat entre la province Sud et le MEDEF-NC relative au mentorat : Un engagement en faveur de la jeunesse calédonienne !

Dans le cadre de sa politique jeunesse, la province Sud a lancé fin 2023 le programme de mentorat à destination des jeunes collégiens motivés issus de milieu modeste, à partir de la 5ème jusqu'au baccalauréat. L’un des objectifs de cette ambition est d’accompagner les jeunes dans leur parcours de réussite, de relancer l’ascenseur social, de promouvoir les dispositifs d’excellence et l’insertion professionnelle des élèves en lien avec le monde économique.

Forts de ces valeurs communes, le MEDEF-NC s'engage ainsi aux côtés de la province Sud à lutter pour l'égalité des chances dans l'éducation et favoriser l'épanouissement personnel des jeunes talents calédoniens.
Cette collaboration s'inscrit dans une démarche globale de responsabilité sociétale des entreprises, en mettant l'accent sur l'importance de l'éducationde la formation et du développement des compétences.

Concrètement, cette convention prévoit la mise en place de programmes de mentorat visant à jumeler des jeunes talents calédoniens avec des entrepreneurs ou des professionnels aguerris. Ces mentors auront pour mission d'apporter un soutien personnalisé, des conseils avisés et un réseau professionnel à leurs protégés, les aidant ainsi à surmonter les défis et à saisir les opportunités dans leur parcours professionnel.

Au-delà de l'aspect purement professionnel, cette initiative contribue également au renforcement du vivre ensemble en favorisant les échanges intergénérationnels et interculturels. En encourageant la diversité des parcours et des expériences, le mentorat offre une occasion unique de promouvoir le dialogue, la compréhension mutuelle et le respect des différences au sein de la société calédonienne.

La signature de cette convention, par Gil BRIAL (2ème Vice-Président de la province Sud) et Julien BARRAS (président de la commission emploi-formation du MEDEF-NC), s'inscrit dans la continuité des actions menées par le MEDEF-NC et la province Sud en faveur de la jeunesse et du développement économique durable de la Nouvelle-Calédonie. Elle témoigne de leur engagement commun à investir dans le capital humain et à construire un avenir prometteur pour les générations à venir.

Ensemble, le MEDEF-NC et la province Sud ouvrent de nouvelles perspectives pour la jeunesse calédonienne et contribuent à renforcer les valeurs de solidarité, d'inclusion et de diversité qui font la richesse de notre société .

Retrouvez à la fin de l'actualité la convention de partenariat, le communiqué de presse ainsi que le flyers relatif au mentorat.

 

Sabrina PHAM et Edouard CASTAING, 2 adhérents du MEDEF-NC témoignent !

 

 

 

Dans les MEDIAS : 

 

 

  • LA VOIX DU CAILLOU

 

  • Radio Cocotier

 

MENTORAT PROVINCE SUD : LE MEDEF NOUVEAU PARTENAIRE
Dans le cadre de sa politique jeunesse, la province Sud a lancé en 2023 le programme de mentorat à destination de jeunes collégiens motivés issus de milieu modeste (boursiers ou de niveau social équivalent), à partir de la 5e jusqu’au baccalauréat. En clair, ces élèves recevront l’appui volontaire de mentors pour les aider à la réussite de leurs études.

Rejoignant cette opération d’encadrement de jeunes scolaires, le Medef a décidé de s’y engager pour une période de 3 ans et signera une convention en ce sens avec la province Sud vendredi matin.

Loi sur l’emploi local : à l’heure du bilan | DOSSIER ActuNC 04/04/2024

Notre valeur ajoutée

Consultez nos prochains rapports de presse

A venir : Le MEDEF-NC dans les medias au 3ème trimestre 2024